Événements

Azzedine Alaïa x Peter Lindbergh réunis dans cette magnifique exposition présentée à la Fondation Azzedine Alaïa

Pour la première exposition de l’année 2021, la Fondation Azzedine Alaïa est heureuse de célébrer deux talents qui ont écrit une page de l’histoire de la photographie et de la mode : Azzedine Alaïa et Peter Lindbergh. Sous la direction de Benjamin Lindbergh, fils du photographe et d’Olivier Saillard, historien de la mode et le soutien de la Fondation Peter Lindbergh, les oeuvres de Peter Lindbergh (1944-2019), pionnier de la photographie, et Azzedine Alaïa (1935-2017), célèbre couturier sont réunies dans cette magnifique exposition qui est à découvrir jusqu’au 2 janvier 2022.
Comme des rencontres artistiques entre Richard Avedon et Christian Dior ou encore Yves Saint Laurent et Helmut Newton, Peter Lindbergh et Azzedine Alaïa ont trouvé un territoire commun où chacune de leur expression se veut le reflet de l’autre. Le photographe et le couturier se sont retrouvés dans l’affection pour le noir qu’ils cultivent de manière égale en tirages argentiques ou en aplats vestimentaires. Pour Lindbergh le noir et le blanc pour signifier sa recherche d’authenticité des visages qu’il met en lumière, Alaïa puise dans le monochrome des vêtements intemporels, véritables sculpture pour le corps.

 

 

De géographies opposées, Lindbergh et Alaïa ont cultivé des horizons proches. Peter Lindbergh originaire de Duisbourg en Allemagne a été formé à l’École des Arts Appliqués de Krefeld. Azzedine Alaïa a fréquenté les Beaux-Arts au département des sculptures à Tunis où le couturier a grandi. Tous deux partagent le goût pour les grands horizons qu’ils soient de méditerranée ou du Nord. Peter Lindbergh se fait une réputation notamment grâce au magazine Stern puis installe son studio à Paris en 1978, Alaïa se fait connaître par ses techniques sophistiquées que s’échangent secrètement les grandes clientes de haute couture. Bientôt ce garçon allemand épris de photographie noble et ce jeune homme d’origine tunisienne aux ciseaux éclairs écriront les plus beaux chapitres de la mode parisienne et française.
Alaïa devient l’architecte des corps, les révèle et les découvre, Lindbergh éclaire leur âme et leur personnalité. Tout deux rejettent les artifices et deviennent ces auteurs qui dominent leur discipline respective et c’est sans effort qu’ils se sont retrouvés au gré des collaborations puissantes. La simplicité est leur terrain de jeu. Les vêtements d’Alaïa, selon les voeux du couturier lui-même, doivent être les socles des sourires et des regards de celles, icônes et top-modèles qui les portent. Pour Lindbergh qui a construit sa notoriété de ces grands mannequins, seule l’authenticité compte. Tout deux auront été les grands artisans passionnés de leurs visages.
« Peu de mots suffisent pour qui sait les comprendre » semble s’avouer le couturier et le photographe sur les images instantanées qui les réunissent.

 

 

 

Reconnu pour ses mémorables images cinématographiques en noir et blanc, Peter Lindbergh est le premier photographe à avoir introduit une dimension narrative dans ses séries de mode. Depuis sa disparition, la Fondation Peter Lindbergh poursuit sa mission de documentation, de conservation et de mise en valeur de l’intégralité de l’oeuvre. Elle a pour vocation de continuer à faire connaître et rayonner le patrimoine photographique de Peter Lindbergh en tant qu’artisan et visionnaire. Ses futures missions incluront le soutien aux talents émergents ainsi que des collaborations avec des institutions artistiques établies sur le plan international.

 

 

 

 

La vie d’Azzedine Alaïa a constamment été remplie par la mode, l’art, le design, l’architecture, la musique et le théâtre. Pendant cinquante ans, Monsieur Alaïa a été un collectionneur passionné par tous les domaines de la culture. En 2007, il a décidé de protéger son oeuvre et sa collection d’art en fondant l’Association Azzedine Alaïa, conjointement avec son partenaire de vie le peintre Christoph von Weyhe, et son amie depuis plus de quarante ans, l’éditrice Carla Sozzani, afin que cette Association devienne la Fondation Azzedine Alaïa. Voulue par Azzedine Alaïa de son vivant, ses missions sont la conservation et la mise en valeur de l’oeuvre du couturier, des oeuvres qu’il a collectionnées toute sa vie dans les domaines de l’art, la mode et le design, l’organisation d’expositions et le soutien d’activités culturelles et éducatives. La Fondation expose le travail d’Azzedine Alaïa et les oeuvres d’art et de mode de sa collection personnelle à Paris, au 18 rue de la Verrerie, où il a vécu et travaillé, et à Sidi Bou Saïd, la ville qu’il a tant aimée. Ses lieux abritent des expositions régulières sur l’histoire de la mode et du design. La Fondation attribuera également des bourses à des jeunes talents visionnaires de la mode. À Paris, dans la cour de la Fondation se trouve une librairie dédiée à la mode et à la culture et un café.

 

 

Fondation Azzedine Alaïa 18 rue de la Verrerie Paris 4ème
©